Photo : travail de Safia Hijos dans le cadre de sa résidence d'artiste à l'ENSA

Safia Hijos

Française, née en 1975, vivant depuis peu à Angoulême, je suis diplômée d’un master 2 en Céramique obtenu à l’ENSAV – La Cambre de Bruxelles. Aujourd’hui, je travaille dans mon propre atelier, expose régulièrement en Europe et au-delà et enseigne de temps en temps dans différentes institutions.

Fascinée par l’histoire – celle des gens, celle des lieux, celles des objets – j’ai toujours envie de créer des installations ou des sculptures narratives et chacune de ces propositions tissent un récit où le matériau terre lui-même se trouve confronté à sa propre histoire.

Safia Hijos est en résidence de 22 novembre 2019 au 27 juin 2020, son projet de résidence est de travailler sur le mythe d’Icare.

« La chute d’Icare comme une métaphore de la condition humaine : le sujet brûle en ces temps d’Anthropocène où beaucoup vire collapsos.

Flirter avec la porcelaine devenant émail – soit l’auto-vitrification de la pâte – c’est cela qui m’intéresse. Amener la matière à graduellement se déformer, ployer, fondre, brûler, buller et presque disparaître sous l’effet de la chaleur du four. La proposition finale devra par sa matière même évoquer cette immense énergie.
C’est donc un travail sur les limites et la perte de contrôle. Limites de la matière même, limites d’une forme, limites de l’artiste… En tant que céramiste, la porcelaine est le matériau technique par excellence où il n’est pas rare de se planter. Vais-je aussi échouer comme Icare ? »

Cela fait maintenant quelques journées de travail réalisées au sein de l’atelier où j’ai cherché à concrètement mélanger la porcelaine de coulage avec d’autres matières premières dites fondantes comme de la craie, du Feldspath potassique, de la néphéline syénite à différents pourcentages pour observer cette métamorphose progressive dans les différentes atmosphères des fours. En fait, c’est une petite recherche technologique ultra simple mais didactique pour comprendre que de l’argile à l’émail, il n’y a qu’un pas… 

En savoir plus sur le travail de Safia Hijos

« Away, away » Solo show de Safia Hijos

« Away, away » une exposition de Safia Hijos qui fait suite à sa résidence d’artiste de novembre 2019 à juin 2020 à l’ENSA Limoges. 

Photos : Safia Hijos, exposition "Away, away"

« Away, away » du 3 septembre au 3 octobre 2020 à la Galerie La peau de l’ours à RIVOLI Building à Bruxelles (Belgique).

Les propositions ont été réalisées lors de ma toute récente résidence artistique à l’École nationale supérieure d’art et de design de Limoges où l’on trouve un superbe atelier dédié à la porcelaine et au moulage. Fruit de cette recherche autour de la répétition du même, chaque aile joue son propre rythme plume après plume.
Comme souvent, les histoires et les mots restent pour moi d’importants moteurs de création. Les porcelaines présentées dans cette exposition s’inspirent ainsi du mythe d’Icare décliné en une variation contemporaine saluant les sculptures animalières de Johann Joachim Kändler, fameux modeleur de Meissen au 18ème. C’est un peu, pour faire un parallèle musical, comme travailler à la manière de Max Richter sur les compositions de Vivaldi.
Flirter avec la porcelaine devenant émail, c’est aussi cela que j’ai cherché lors de ma résidence. Amener la matière à graduellement se déformer, ployer, fondre sous l’effet de la chaleur du four pour, comme Icare, tester les limites du matériau, les limites d’une forme, les limites de l’artiste.
Pour finir par véritablement endosser le mythe, un bleu de travail customisé évoque ma manière de faire de céramiste toujours en quête de l’artefact supposément libérateur… C’est une façon d’incarner cette histoire et de la mettre en parallèle avec sa propre existence. Ainsi, le mouvement, ou son absence, sont partout y compris dans le nom de l’exposition « Away, away ».
Rien qu’en restant immobile, Sans bouger jamais – les titres des installations murales cherchent également à exprimer à la fois l’absolue rigidité de la terre une fois cuite et la palpitation légère du plumage.
 
Away, away! 
No, no, away! 
To Death I’ll fly
If longer you delay
 
Didon et Enée, Henri Purcell
 
Photo : Ailes colorées de Safia Hijos | Rien qu'en restant immobile Photo : Safia Hijos | Rien qu'en restant immobile
 

ENSA LIMOGES | Campus de Vanteaux | 19, avenue Martin Luther King | B.P. 73824 | 87038 LIMOGES CEDEX 01 | 05 55 43 14 00

CONTACTEZ-NOUS