Image présentant les publications dont l'ENSA est partenaire

Publications 2018-2019

Diario di un maestro / Journal d’un maître d’école. Le film, un livre 

Le 7 juin est sorti le premier livre de Federico Rossin publié en français qui accompagne une édition DVD sous titrée « Diario di un maestro » (« Journal d’un maître d’école ») de Vittorio De Seta.

L’édition de Diario di un maestro, inconnu en France, appelait un livre. L’Arachnéen en a confié le choix des textes à l’historien du cinéma Federico Rossin. Dans son propre texte, intitulé sobrement « Histoire d’un film », celui-ci décrit la conception-fabrication de ce qu’il appelle un « essai pluridimensionnel » (la formule renvoie à la complexité de sa structure, narrée et improvisée, jouée et vécue, réelle et représentée) et analyse le dispositif antiautoritaire et critique mis en scène en référence aux préceptes de l’école nouvelle italienne inspirée en grande partie de Célestin Freinet. L’auteur propose de voir dans le film une proposition de réformer l’école en « communauté ouverte », en « service social ouvert à tous », et d’y entendre l’apologie d’une possible invention institutionnelle, contre les tenants de l’abolition de l’école ou des projets autogestionnaires des années 1970. Au passage, l’auteur apostrophe le « décadentisme » et le « désespoir apocalyptique » de Pier Paolo Pasolini, lui préférant la croyance de De Seta dans la survivance de la culture dialectale et populaire, dans la valeur émancipatrice des pratiques collectives et dans la résistance des individus au pouvoir par le bricolage d’espaces alternatifs. Diario di un maestro, film éminemment moderne, est à l’image même de ce bricolage, réalisé dans l’élan des réactions contingentes des adolescents, de leur vitalité débridée par l’empathie du maître d’école. L’omniprésence à l’écran de leurs corps en mouvement, la tension de leur engagement dans la classe, que Federico Rossin apparente à une « performance », soutiennent le film et vibrent de l’enjeu politique d’une telle expérience, qui est ni plus ni moins de leur éviter la délinquance ou la prison – comme le dit le maestro à la fin du film.

Le débat, soulevé par les enseignants qui ne voulurent pas « croire » à une telle école, suggéra à Vittorio De Seta l’idée de réaliser quatre films-enquêtes, Quando la scuola cambia (Quand l’école change), de moindre ambition formelle que Diario di un maestro. Les deux premiers se déroulent dans des classes-type de l’école moderne ; le troisième pose la question de la survivance de la langue et de la culture albanaises dans un village du Sud, et celle du plurilinguisme à l’école ; le dernier décrit plusieurs expériences d’intégration d’enfants handicapés à l’école. Les transcriptions des propos (commentaires, dialogues), accompagnées de photogrammes des films, sont à considérer comme des documents.

Ces expériences sont inscrites dans l’histoire, et dans des territoires : nous sommes en Italie, après les années dites du « miracle économique », dont le prix à payer fut le déplacement de millions de paysans du Sud vers les usines de Turin et du Nord. Dans le contexte de la reconstruction, la « question de l’école » fut cruciale. Des associations de militants de l’école nouvelle se mobilisèrent – hors partis – et le Mouvement donna lieu à de multiples expérimentations qui visaient à remettre l’enfant au cœur du système scolaire et à réduire les inégalités sociales creusées par le multilinguisme (la coexistence de l’italien, « langue de culture », et des dialectes). Ces efforts furent complétés par un intense travail d’enquête sociale et ethnographique, et s’appuyèrent sur l’engagement d’un réseau de maisons d’édition indépendantes qui publiaient le matériel issu de ces expérimentations (voir l’extraordinaire revue Biblioteca di lavoro de Mario Lodi), mais aussi des manuels scolaires alternatifs ou des comptes rendus d’enquête. Dans son texte, Francesco Grandi dresse une cartographie des énergies militantes déployées dans l’ensemble de l’Italie, avec le concours des grandes figures du monde intellectuel italien (Carlo Levi, Ernesto de Martino, Alberto Moravia, Pier Paolo Pasolini, Danilo Dolci, Danilo Montaldi, Umberto Eco, etc.).

Diario di un maestro s’est inspiré d’Un anno a Pietralata, le journal d’Albino Bernardini (Pietralata est situé dans la banlieue de Rome, non loin de Tiburtino III où fut tourné le film). Mais il ne pouvait qu’être touché, comme tous les Italiens le furent à l’époque, par le livre emblématique de don Lorenzo Milani et de ses élèves de Barbiana, Lettera a una professoressa. Composé d’aphorismes tranchants, pensé comme « œuvre d’art » collective (sur le modèle des « mosaïstes chrétiens »), « invitation à s’organiser », l’ouvrage est évoqué et cité dans un post-scriptum de Sandra Alvarez de Toledo comme le modèle le plus plausible d’un film qui se voulut « révolutionnaire » et sans auteur.

 Événements 

  • mardi 11 juin 2019, à 18h :

projection du film lors d’une séance Doc & Doc // Forum des images, Paris 1er – “Quand Vittorio De Seta réinventait l’école” avec Federico Rossin et Sandra Alvarez de Toledo
Site de Documentaire sur Grand Écran

  • vendredi 28 juin, de 10h à 17h30 :

Projection du film et atelier « La fabrique d’un film » animé par Federico Rossin lors des Rencontres du film documentaire à Mellionnec

“Journal d’un maître d’école : la fabrique d’un film”, avec Federico Rossin
Seront abordés la fabrique technique et artistique du film, le contexte de sa réalisation et les circonstances du renouveau éducatif italien. la spécificité de la situation italienne de l’époque n’empêche pas que les termes du débat sur l’école nous soient absolument familiers. Diario di un maestro est à la fois un témoignage, une fiction pédagogique et le modèle d’une utopie par définition inactuelle : une œuvre qui a une place importante dans l’histoire de la pédagogie et dans l’histoire du cinéma.
(En partenariat avec Documentaire sur grand écran).

Rendez-vous au chapiteau | près de la salle des Fêtes | 22110 MELLIONNEC
Site du festival / Programme

  • dimanche 30 juin, à 12h à la Librairie-café « Le Temps qu’il fait »

Rencontre avec Federico Rossin et présentation de son livre-DVD Journal d’un maître d’école de Vittorio De Seta, Federico Rossin, Francesco Grandi, éditions l’Arachnéen.

Librairie-café « Le Temps qu’il fait » | Place de l’église | 22110 MELLIONNEC
Site de la librairie
  • mardi 8 octobre 2019 à l’ENSA Limoges

D’autres rencontres seront bientôt annoncées…

 Références 

Film en 4 épisodes de Vittorio De Seta (1973)
Livre-DVD conçu sur une idée de Federico Rossin

DVD (4h30’) avec sous-titres français
Livre de 132 pages
avec 143 images et documents
Format : 23 x 17 cm
Couverture souple avec rabats
ISBN : 978-2-37367-015-8
Date de parution : 7 juin 2019

Livre-DVD publié avec le soutien du Centre national du cinéma et de l’image animée (CNC) et de l’École nationale supérieure d’art de Limoges 

 

 

 Prix Jeune talent Végétal design et gastronomie 2018 

Nouvelle parution éditée par l’ENSA Limoges, en partenariat avec la Fondation d’entreprise Le Delas.
Le prix Jeune talent Végétal design et gastronomie est l’aboutissement d’un partenariat pédagogique entre l’ENSA Limoges et la Fondation d’entreprise Le Delas initié en 2017 sur le thème « Du dessert à l’assiette ».

→ Il a été décerné à Raphaël Merlet, étudiant en 3e année à l’ENSA Limoges, le 15 mai 2018.

Le jury était constitué de :

À l’issue des délibérations, chacun des quatre chefs pâtissiers a sélectionné un objet, pour lequel il a réalisé spécifiquement un dessert.
Ce projet a eu pour point de départ un workshop de trois jours au Domaine de Toury, afin d’en découvrir le paysage et les activités agricoles. Pendant ces trois jours, nous avons rencontré André Stevens, ancien pâtissier du Crillon, qui nous a expliqué comment il envisageait son métier et ses liens aux objets en nous proposant de découvrir de quelle manière il mettait en assiette un dessert.
De retour à l’école, les informations récoltées (photos, dessins, notes, relevés, empreintes) nous ont permis de comprendre l’ensemble des données et de commencer à construire un projet propre à chacun. Une seconde rencontre, avec Arthur Fèvre, chef pâtissier au Pressoir d’argent à Bordeaux, a permis aux étudiants de valider ou de modifier certaines de leurs pistes de travail. Après avoir développé leur projet grâce à des dessins et maquettes, les étudiants ont pu travailler en atelier porcelaine à l’ENSA Limoges pour développer modèle, moule et pièces en porcelaine. Cette étape a été non seulement un temps de réalisation du projet, mais aussi un temps d’invention de l’outil et d’adaptation aux contraintes de la fabrication en série.
Anne Xiradakis, designer, enseignante à l’ENSA Limoges en design d’objet.
Nadège Mouyssinat, céramiste, responsable de l’atelier porcelaine de l’ENSA Limoges.
 

Prix Jeune talent Végétal design et gastronomie 2018

Un partenariat ENSA Limoges / Fondation d’entreprise Le Delas
 
 
avec les étudiants de 3e année de l’ENSA Limoges :
Directrice de la publication : Anne Xiradakis | Mise en page : Nicolas Gautron | Relecture : Magali Brénon
Impression : Champagnac, Aurillac |64 pages, format 148 x 210 mm
ISBN : 979-10-93755-11-3 – 8 €
 
 
 

 « Une terre sans art » de Pierre Bergounioux 

UNE TERRE SANS ART
suivi de
Sortir des plis
de Pierre Bergounioux.
une coédition Ensa Limoges / William Blake & Co
avec le concours du Centre régional du livre, Région Nouvelle-Aquitaine.

Page de couverture de la publication "Une terre sans art" de Pierre Bergounioux

« Les artistes, comme tous les hommes, mangent. »

Partant de l’idée que la pénurie matérielle engendre le déficit culturel, Pierre Bergounioux brosse le portrait historique d’un Limousin éloigné du vaste monde, davantage remarquable pour le vert frais de ses taillis et l’innocente blancheur de ses ruisseaux que pour la prolifération de  textes et de créations de l’esprit. Avec le nouveau millénaire, le numérique et la circulation de l’information, l’auteur invite son territoire et ses habitants à quitter l’ère de granit pour rejoindre la fluidité du monde.

Texte et entretien publiés à l’invitation de l’École nationale supérieure d’art de Limoges.

Parution le 19 octobre 2018 | 32 pages | 9,00 €

Rencontres autour de l’ouvrage de Pierre Bergounioux

rencontre avec Pierre BERGOUNIOUX et Jean-Paul MICHEL pour « Correspondance 1981-2017 » aux Éditions Verdier et « Une terre sans art » aux Éditions William Blake & Co en coédition avec l’ENSA Limoges.
→ Jeudi 25 octobre à 18h30 à la Librairie COMPAGNIE, 58 Rue des Écoles, 75005 Paris.

avec Jeanne Gailhoustet, Directrice de l’École nationale supérieure d’art de Limoges, Jean-Paul Michel, William Blake & Co Éditions
→  Jeudi 15 novembre à 18h à la Librairie Préférences à Tulle, 11 Place Clément Simon, 19000 Tulle.

 

 

 « JUSTE DU BIJOU ? » de Monika Brugger 

À l’occasion de son exposition L’Air des mouches à la Galerie Objet rare, du 6 octobre au 3 novembre 2018, le musée des arts décoratifs présente Juste du bijou ? ein arbeitsbuch, de Monika Brugger.
Un livre-somme sur les méthodes de travail de l’orfèvre plasticienne, mais aussi sur l’histoire du bijou classique et la pratique contemporaine de cette discipline artistique.

Page de couverture de la publication "Juste du bijou ?" de Monika Brugger

Sur le mode de l’association d’idées et de l’abécédaire, cet ouvrage au format numérique liste les références, matériaux, concepts et figures emblématiques qui animent le travail personnel de l’artiste, mais aussi son enseignement du bijou. Avec ses centaines de références bibliographiques et d’images, cette monographie exhaustive propose une manière nouvelle de circuler dans un travail artistique.

Publication avec le soutien de la Région Nouvelle-Aquitaine et de l’École nationale supérieure d’art de Limoges.

Voir quelques extraits et se procurer le livre numérique Juste du bijou ?

Rencontre

→ Mercredi 10 octobre 2018 à 18h30 au MAD, musée des arts décoratifs – Salle de conférences – 111, rue de Rivoli – 75001 Paris

Présentation en présence de Monika Brugger, de Magali Brénon, éditrice, et de Julien Bézille, directeur des éditions NAIMA.

 

 

Contacts presse :

 

ENSA LIMOGES | Campus de Vanteaux | 19, avenue Martin Luther King | B.P. 73824 | 87038 LIMOGES CEDEX 01 | 05 55 43 14 00

CONTACTEZ-NOUS