Image : présentation Cycle cinéma : Expanded Nature

CYCLE CINÉMA IMPRESSIONS DU VIVANT : EXPANDED NATURE

Lundi 10 octobre à 18h l’ENSA Limoges, Chromoculture, Récréasciences et Light Cone présentaient le CYCLE CINÉMA IMPRESSIONS DU VIVANT : EXPANDED NATURE.
Une projection et rencontre en présence de Elio DELLA NOCE et Emmanuel LEFRANT.
Événement gratuit, ouvert à tous les publics.

Dans le cadre de l’atelier de recherche et de création « chromoculture » et avec la création d’un laboratoire argentique au sein de l’ENSA, l’atelier photo proposera cette année aux étudiant.es de travailler avec des procédés argentiques non toxiques et des colorations naturelles.
Pour lancer ce projet, l’Ensa Limoges en partenariat avec Récréasciences invitent Elio Della Noce et Emmanuel Lefrant pour parler de l’ouvrage « EXPANDED NATURE, écologies du cinéma expérimental » paru aux Light Cone Éditions. Cette rencontre sera suivie d’une projection de films faisant appel aux pratiques d’éco-processing, aux techniques-contact et aux dispositifs orientés par le climat. Une programmation en 16mm et en numérique proposée par Elio Della Noce et Emmanuelle Nègre.

Présentation des invités :

Elio DELLA NOCE, poète, réalisateur et doctorant-chercheur en études cinématographiques à l’Université d’Aix-Marseille (LESA).
Il est chargé d’enseignement en théories du cinéma, spécialisé dans l’étude des liens entre formes du vivant et cinéma expérimental.

Emmanuel LEFRANT vit et travaille à Paris où il réalise des films dans un contexte d’auto-production, exclusivement en cinéma argentique. Les films, abstraits ou de paysage, s’attachent à représenter ou révéler un monde invisible, une nature qu’on ne voit pas, au travers des formes secrètes de l’émulsion.
Outre les films qu’il réalise, il a fondé en 2000 avec Nicolas Berthelot, Alexis Constantin et Stéphane Courcy le collectif Nominoë avec lequel il a créé des performances qui ont été jouées dans de nombreux lieux, parmi lesquels le Centre Pompidou, la fondation Serralvès (Porto) ou encore le festival international de Rotterdam (IFFR).

 

Image : Expanded Nature - ouvrageExpanded Nature – Écologies du cinéma expérimental

« Deux trajectoires en apparence éloignées allaient s’entrecroiser à la fin des années 1960 : l’expansion des modes de production et d’exposition de l’image animée (avec l’avènement de l’Expanded Cinema) et la réduction du monde naturel (un extractivisme forcené conduisant à l’épuisement du vivant, la dégradation des sols, l’extinction des espèces sauvages…). Cette collision des destinées médiatiques et environnementales provoqua chez des cinéastes expérimentaux une émotion contradictoire.
Portés alors par le sentiment d’une perte de lien avec la nature, ils investirent les dispositifs et les techniques filmiques d’une plus grande conscience écologique. Élargir les moyens du film ou élargir la nature ?
Alors que notre époque est marquée par l’ampleur des actions humaines sur le reste du vivant (l’Anthropocène), des cinéastes s’engagent dans des pratiques écologiques qui tendent à un décentrement du privilège attribué à l’humain. Le cinéma expérimental se pense comme l’un des moyens de s’ouvrir à la pluralité du vivant, de concevoir le monde comme un réseau interconnecté, de mettre au jour un maillage entre les agents humains et autres qu’humains. Les méthodes de production du film peuvent être le terrain d’une écologie politique : des alternatives artisanales au productivisme, des regroupements en collectifs engagés et écoresponsables, une exploration de procédés comme la phytographie ou l’écodéveloppement.

Le livre Expanded Nature : Écologies du cinéma expérimental sous la direction de Elio Della Noce et Lucas Murari aux Light Cone Éditions.
Cet ouvrage collectif réunit les contributions de Scott MacDonald, Jean-Michel Durafour, Kim Knowles, Janine Marchessault et Philip Hoffman, Karel Doing, Chris Dymond, Alice Leroy, Rose Lowder, Chris Welsby, Yaniv Touati, Bidhan Jacobs, Teresa Castro, Colectivo Los Ingrávidos, Elizabeth Povinelli, Gérard Leblanc, Vincent Deville, Frédéric Brayard, Jacques Perconte, Lukas Brasiskis et Charlie Hewison.
Il est publié avec le soutien à l’édition du Centre National des Arts Plastiques (CNAP). 

 

FILMS PROGRAMMÉS :

UNDERGROUND de Emmanuel LEFRANT
2001 / Super 8mm / couleur / sonore / 1E / 8’00

Image : visuel du Film UNDERGROUND d'Emmanuel Lefrant

Roland Barthes disait : « Bien nommée, la pellicule est une peau sans béance. » Avec le cinéma direct, cette formule, rendue axiomatique par l’imagerie dénuée d’aspérités du cinéma traditionnel, ne sera plus vérifiée. La peau « lisse » de l’image se métamorphose en épiderme. Au contraire de la cinématographie scientifique du début du siècle, les micro-organismes ne sont pas ici recréés de toutes pièces (en étant filmés) mais plutôt reproduits à même la pellicule (figée sur le ruban, mais en mouvement à l’écran du fait du mécanisme d’entraînement du projecteur). Paradoxalement, il s’agit d’atteindre à travers une image abstraite un réalisme paroxystique, en montrant réellement les micro-organismes, sans autre intermédiaire que l’optique du projecteur. Chaque courbe, chaque aspérité qui marque l’émulsion est un geste du temps, une trace de son passage. Les « formes secrètes » de l’émulsion se dévoilent au profit de la mise en valeur de la matière, du celluloïd et des procédés de révélation de l’image.

 

LANDFILL 16 de Jennifer REEVES
2010-2011 / 16mm / coul-n&b / sonore / 1E / 9’00

Image : visuel LANDFILL 16 de Jennifer Reeves

Un film 16mm exhumé de ma propre « décharge » dans l’Indiana constitue la toile de fond de ‘Landfill 16’. À la suite de ma double-projection ‘When It Was Blue’, j’étais terrifié par la quantité de chutes qui devaient normalement finir à la décharge. J’ai donc enterré temporairement la pellicule, pour laisser les enzymes du sol commencer à dégrader l’image, puis j’ai repeint le film à la main pour lui donner une nouvelle vie. J’essaie, dans ce film abstrait, d’exprimer mon inquiétude à l’égard du gaspillage humain. Ce « recyclage » est une méditation sur la vaine lutte de la nature pour décomposer les reliques de nos technologies et productions abandonnées.

 

A PERFECT STORM de Karel DOING
2022 / 35mm / coul-n&b / sonore / 1E / 3’00

Image : A PERFECT STORM de Karel Doing

A PERFECT STORM est un film-paysage, ou plus précisément, un paysage imprimé sur une émulsion argentique. L’artiste s’est servi de graines, de petites fleurs, et d’autres éléments végétaux de petite taille issus de plantes cultivées dans son jardin, ou d’espèces plus sauvages que l’on trouve dans une réserve naturelle non loin de chez lui.

 

WINDMILL 2 de Chris WELSBY
1972 / couleur / sonore / simple écran / 8’00

Image : WINDWILL 2 de Chris Welsby

La caméra filme le paysage d’un parc à travers les pales d’un petit moulin à vent fabriqué artisanalement. Chacune des huit pales a été recouverte de Melanes (un matériau miroitant). Le film a été tourné en trois prises continues de cent pieds, un jour de grand vent. L’angle de prise de vues reste le même pendant toute la durée du film. Les variations du vent : vitesse et direction, changent constamment la relation entre le paysage devant la caméra tel qu’il est appréhendé à travers les pales du moulin et la réflexion déformée de la caméra et du paysage derrière elle sur ces mêmes pales. Quand le moulin atteint une certaine vitesse, un troisième espace est créé, alors que la profondeur de l’espace du plan de l’image se fragmente et devient une surface abstraite bidimensionnelle de couleur et de lumière. Le rythme de ce mouvement entre le premier plan et l’arrière-plan est le produit des variations dans la force et la direction du vent. La durée du film était limitée par la longueur d’une bobine de film vierge. La forme du film était cependant totalement dépendante de la force et de la direction du vent.

 

ATHYRIUM FILIX FEMINA de 
2016 / 35mm / couleur / sonore / simple écran / 4’19

Image : ATHYRIUM FILIX FEMINA de Kelly EGAN

ATHYRIUM FILIX-FEMINA est le deuxième opus de la série des « quilt films », rendant hommage aux artistes féminines d’avant-garde. Il utilise la technique de cyanotype mise au point par Anna Atkins, sur de la pellicule 35mm vernie puis exposée au soleil. La combinaison de photogrammes botaniques proches de ceux d’Atkins, et d’images de Found Footage racontant l’histoire d’une petite fille persécutée par des voyous, génère un récit féministe qui interroge le rôle de l’androcentrisme dans l’histoire de la science et des arts photographiques.

 

PER UNA SELVA OSCURA de Emmanuel LEFRANT
2022 / 16mm & Super 8mm / couleur / sonore / 1E / 8’25

Image : PER UNA SELVA OSCURA de Emmanuel LEFRANT
La révélation d’une image, qui progresse vers le cœur de la matière, saisie dans un mouvement incoercible : celui d’une dystopie en marche. Une entité primitive au bord du cataclysme, une fuite en avant infinie, jusqu’à dissolution complète de toute forme et figure.
Dans quelle forêt obscure nous sommes-nous égarés ?

 

FLOWER #1 de Philip HOFFMAN & Alexander GRANGER
2022 / 35 mm / 3’06

Image : FLOWER #1 de Philip HOFFMAN & Alexander GRANGER
Par la technique dite du « photogramme », l’origan surgit dans toute sa structure, sa teinte et son épiderme. La bande film 35mm devient elle-même une plante qui étire délicatement pétioles et pétales.

 

SEE WEEDS de Dawn GEORGE
2017 / super 8mm, 16mm / stereo / 3’20

image : SEE WEEDS de Dawn GEORGE
L’observation de trois mauvaises herbes – pissenlit, tussilage et verge d’or – et de leurs effets immédiats sur la bande film, grâce à un développement artisanal et écologique.

 

HORSES IN THE YEAR OF THE DOG de Terra LONG
2018 / 16mm / 6’00

image : HORSES IN THE YEAR OF THE DOG de Terra LONG
Un amour immédiat se forme entre deux nouvelles amies, les corps deviennent poreux, les abeilles pollinisent la nourriture que l’on consomme, devenant et appartenant l’une à l’autre. Un film développé avec de la lavande, de l’eucalyptus et de l’hibiscus trouvés sur site.

 

CET ÉVÉNEMENT S’INSCRIVAIT DANS LE CADRE DE LA FÊTE DE LA SCIENCE 2022

Télécharger l’affiche

ENSA LIMOGES | Campus de Vanteaux | 19, avenue Martin Luther King | B.P. 73824 | 87038 LIMOGES CEDEX 01 | 05 55 43 14 00

CONTACTEZ-NOUS

Previous Next
Close
Test Caption
Test Description goes like this